lagrave-planstation

Une expérience de glisse unique

Parce que faire des hors-piste c’est bien, mais skier nature c’est beaucoup mieux, il y a La Grave ! Et d’ailleurs ça consiste en quoi concrètement ? Déjà, pour s’y aventurer, il faut aimer la nature, aimer le ski, aimer la montagne et aimer le retour à l’essentiel. Une fois que ces prérequis sont au rendezvous, vous aurez la chance de découvrir la glisse sur tout un sommet, facilement accessible par un téléphérique séparé en deux tronçons et un tire fesse quelque peu rustique. Rien de si incroyable ? C’est vous qui choisissez votre itinéraire ! Il n’y a pas de tracé défini, pas de piste damée, pas de canon à neige, pas de panneau indiquant le niveau de la piste… Et ça c’est la liberté. Il y a néanmoins quelques itinéraires plus que conseillés mais qui offrent cette même, car les dangers de La Grave sont nombreux pour les skieurs un peu trop sûrs d’eux et mal renseignés. Le meilleur conseil est de s’informer : sur place auprès du personnel saisonnier, sur internet et dans le Dahu des neiges concernant les itinéraires, à propos de la météo et du bulletin avalanche, sur son propre niveau et le niveau requis, et enfin s’équiper convenablement (Arva, pelle, sonde) et d’être accompagné d’un guide au moins pour la première fois (même certains de nos rédacteurs en ont payé les frais…). Surtout ne jamais skier seul ! Une fois ces quelques conseils respectés, à vous les longues traces à travers un environnement varié, entre falaises et forêts, lors de descentes de plus de 20 à 30 minutes dans un milieu naturel et préservé. Et avec un peu de chance, vous aurez une bonne poudre bien fraiche pour envoyer vos plus beaux virages carte postale.

Vaut mieux prévenir que guérir

La Grave – La Meije est une station magnifique dédiée aux hors-pistes. La politique de la station est de ne rien déclencher et donc de laisser la beauté de la neige inchangée mais cela augmente malheureusement les risques.

Les différents types d’avalanches

  • L’avalanche de poudreuse :
    Une avalanche d’autant plus dangereuse car l’aspect poudreux ne donne pas forcément l’impression de pouvoir se rompre, ce qui donne une fausse apparence de sécurité au skieur. Sa vitesse peut aller jusqu’à 300km/h, provocant d’énormes dégâts.

  • L’avalanche de plaque dure :
    Elle se repère par une cassure visible qui peut se repérer de très loin. L’instabilité de ces plaques est due à la sous couche fragile et par conséquent, même le poids d’un skieur peut la déclencher.

  • L’avalanche de fonte ou de neige humide :
    Elle survient lors de réchauffements importants (notamment avec l’arrivée du printemps) et est composée d’une neige gorgée d’eau (beaucoup plus volumique) ce qui cause des dégâts encore plus colossaux.

Quels sont les principes de prévention à adopter :

  • S’informer avant toute sortie sur le Bulletin Régional d’Avalanche (BRA).

  • Respecter les consignes officielles et officieuses des professionnels de la montagne et des services de pistes.

  • Posséder un équipement de base indispensable (pelle, sonde, arva) et savoir s’en servir.

  • Apprendre à reconnaitre les différents types de neiges et de manteaux neigeux.

  • Agir avec prudence pour faire durer le plaisir.

Quels sont les comportements à adopter sur le terrain ?

Avant toute chose, il est fondamental de déterminer un choix judicieux de parcours. Ensuite il faudra, lors de la descente, laisser une distance de sécurité entre chaque participant du groupe. Il ne faut pas skier en amont ou en aval des autres skieurs et conserver entre chaque skieur un contact visuel.
Il faut aussi organiser des zones de regroupements à intervalle régulier dans des endroits sans risques. Concernant le terrain, il ne faut jamais s’engager au-delà d’une rupture de pente sans marquer un arrêt afin d’observer et d’analyser la zone inférieure. Il faudra respecter la trace unique et s’adapter en termes de vitesse au terrain et aux conditions météorologiques.

Que faire en cas d’avalanche ?

Si l’avalanche se déclenche sous vous, essayez de ne pas glisser et partez vers les côtés afin de vous éloigner au maximum. Si vous tombez et glissez dans l’avalanche, essayez de vous relever et d’en sortir.
Si vous n’y parvenez pas et que vous êtes en plein dans les premiers grands blocs glissants, jetez vos bâtons au loin et tentez de déchausser vos skis et c’est le moment de tirer votre airbag si vous en êtes équipé.
Tentez de sortir latéralement de l’avalanche en roulant bras et jambes tendus. D’autre part, essayez de vous cramponner à tout obstacle ou tout morceau du manteau neigeux non glissant. Essayez de rester en surface : faites des mouvements de natation comme si vous nagiez en sens inverse de l’avalanche. Fermez la bouche afin de protéger vos voies respiratoires. Une fois l’avalanche arrêtée, repliez vos mains et bras devant le visage, dégagez-vous un espace pour respirer. Gardez au maximum votre calme, vos amis seront en train de faire tout le nécessaire pour vous sortir de là.