La station en un coup d’oeil

Demandez à n’importe quel Grenoblois où il passe ses week-ends, il y a des grandes chances qu’il vous réponde « Les Sept Laux ». En effet, à moins de 40 minutes de la ville la station est un véritable paradis permettant de prendre de la hauteur et de remplir ses poumons d’air pur. Nombreux sont les Isérois à venir s’y ressourcer l’espace d’une demi-journée en semaine, une parenthèse dans un emploi du temps bien chargé. S’ils sont si nombreux à venir, croyez-moi, c’est un gage de qualité. En effet, les 7 Laux regroupent tous les critères attendus par un skieur qui se respecte. Les Vallons du Pra offrent des hors-pistes incroyables et les pistes de Prapoutel sont le lieu idéal pour faire ses premiers chasse-neiges. Les prix des forfaits défient toute concurrence et les restaurants s’alignent dessus tout en proposant d’excellents repas. L’alliance de Prapoutel, Pipay et Pleynet donne une large panoplie de pistes vertes à noires qui sillonnent entre les sapins ou prennent l’apparence de grands boulevards. Bref, il y en a pour tous les goûts, pour tous les niveaux et pour tous les portemonnaies. Une fois l’été venu, la station n’en est pas moins vide puisque les 7 Laux sont les lieux idéals pour faire de l’escalade, du VTT, du mountainboard, du parapente ou même tout simplement de la randonnée. Si vous ne savez pas quoi faire aujourd’hui, montez en altitude et allez aux 7 Laux, en hiver comme en été, vous ne serez pas déçus.

Le saviez-vous ?

D’où vient le nom des Sept Laux ? On se réfère souvent au nombreux lacs parsemant la station et « laux » serait le pluriel de lac. Mais, problème : il y a quatorze lacs sur le plateau central ! Il faut en fait fouiller dans les archives pour découvrir que le massif était d’abord baptisé Caelo (« ciel » en latin). Ce nom fut déformé au fl des années pour devenie Ceylau puis Sept Laux. Il ne faut donc pas descendre vers les lacs mais lever les yeux au ciel pour découvrir les origines de cette si belle station.