Quand les sneakers courent les rues…

Quand les sneakers courent les  rues…

Qui ne l’a pas remarqué ? Qui n’a pas remarqué qu’aujourd’hui, LE type de chaussure le plus porté est la basket ? Allez faire un tour dans la rue, et regardez aux pieds des gens, vous verrez très vite que c’est le même type de chaussure qui revient le plus souvent.

Décryptons ce phénomène mode….

A l’origine, la basket est un instrument de sportif. Et pour les gens aussi sportifs que moi, sport est synonyme de torture. Donc si la basket est au sportif un outil de travail, elle est, pour moi, la cravache du canapétiste professionnel. Fut un temps, porter des sneakers, c’était pour aller courir, ou du moins faire du sport.

Autrement, vous pouviez avoir l’air négligé. Qui aurait osé porter une paire de « Salomon Xa Pro 3d Cswp K Trail Running » pour aller au boulot ? Au top avec un ensemble de survêtement gris, matière pyjama, pour soulever toujours plus de poids à la salle, mais certainement pas pour travailler sur ses fichiers Excel au bureau toute la journée.

Le temps a tout de même fait évoluer cette tendance…

Très vintage et sooo 80’s, la sneaker a été démocratisée par les breakdancers américains. Une mode occidentale, tout droit importée des pays de l’Ouest (ou de l’Est, ça dépend dans quel sens vous tenez votre planisphère). Et il a été de plus en plus normal et banal de croiser des gens dans la rue qui portaient une paire de Reebok, Nike, Adidas, voire FILA.

Vous vous souvenez de l’époque même au collège et lycée, quand avoir une paire de Vans assortie à son Eastpack c’était le top du top ? Bah voilà, on est en pleins dedans. La basket s’était déjà démocratisée à l’époque, mais faisait difficilement le poids face aux bottines, ou aux paires de ballerines (ne me tapez pas j’y peux rien…) auprès des filles. Pour les garçons en revanche, la basket apendant longtemps été un incontournable : chaussure passe-partout et casual, leur épargnant les talonnettes de cuir, ou les sandales de papas (vous savez celles qui sont ouvertes et qu’on ne peut pas porter avec des chaussettes sans risquer la peine de mort ? Bah voilà).

Qui aujourd’hui se propage telle une gangrène !

Mais le vrai grand come-back de la basket se fera dans les années 2013-2014. Les stars commencent à adopter ces chaussures. Sur les podiums elles connaissent un franc succès. De grandes maisons de couturiers désormais n’hésitent plus à s’approprier la basket : Dior, Chanel, Burberry, Mickal Kors, etc… Faire d’un produit populaire, un produit de luxe. C’est un nouveau défi que se sont lancées ces marques pour les saisons à venir.

Autant 2013 marquait le temps de l’éternelle Air Max, ou des classiques Adidas, autant aujourd’hui les marques pullulent et sont toujours plus nombreuses : New balance, Puma ou Lacoste tiennent aussi d’importantes parts de marché.

Il y a donc plusieurs « type » de sneakers : la sneakers luxe (avec les grandes marques que je viens de vous citer), la sneakers indémodable (donc tout ce qu’on voit depuis des dizaines d’années comme Nike, Puma ou Adidas), et la sneakers alternative (celles qui sont arrivées sur le marché plus récemment et qui se caractérise comme une forme de basket un peu originale, on pense aux Vans de skateurs, ou le modèle Puma Heart avec ses lacets en ruban).

Alors aujourd’hui…

Finalement, ce qui me choque plus que le fait que la basket soit redevenue à la mode, c’est la vitesse à laquelle la sauce a pu prendre. Vous connaissez combien de personnes, vous, qui n’ont jamais porté de Stan Smith, de Superstar, ou de Air Max ? Parce que je pense que je n’en connais personnellement aucune.

La basket présente de nombreux avantages : très casual, on s’y sent à l’aise, on peut la porter avec quasiment tout, et le fait qu’elle soit un peu « salie » ou « abîmée » lui donne du cachet et un certain style.

On peut tout de même se demander si la soudaine affection portée à ce type de chaussure est dû au fait qu’on lui en redécouvre les vertus, ou à l’effet boule de neige que ceci a engendré. On porte tous les mêmes sneakers, des mêmes marques, si ce n’est du même modèle.

Le fait que la basket ait marqué son grand retour facilite les choses : il y a de plus en plus de modèles, de plus en plus accessible. On en trouve pour tous les goûts, et quand bien même on ne voudrait pas en porter, le fait d’en voir dans tous les magasins sera sûrement un minimum incitatif. Le fait que tout le monde en ait nous incite nous-même à nous en procurer, et finalement, on oublie la différence. « Vous êtes des moutons là tous avec vos NB », ai-je entendu dire un garçon dans le tram. On m’a toujours dit, en cours de socio (jadis à l’époque du lycée) que la mode pouvait être ostentatoire, qu’on portait ce qui reflétait l’image qu’on voulait donner de nous. A partir du moment où on porte tous les mêmes vêtements, finalement, ça perd un peu son sens. Sauf si on considère qu’en fin de compte, on essaye de se ressembler les uns les autres, parce qu’on s’assimile aux mêmes personnes, parce qu’on a vu le même acteur qu’on trouve trop beau porter telle ou telle chose, ou parce qu’on veut montrer qu’on est à la fois à la mode, et bien dans ses pompes.

Quelles que soient les motivations qui nous poussent à en porter, moi je trouve les baskets vraiment très cool (sauf les baskets en mode « talon compensé » ça par contre faut arrêter tout de suite les gars parce que c’est vraiment immonde, on va pas se mentir).

Cet article a été rédigé anonymement par Ibtissam

7 Liker cet article