Été Déplumé

Été Déplumé

La période de congés estivale est le moment de l’année où le temps reprend ses droits. Finie notre course effrénée qui dure 11 mois sur 12. Prenons le temps de nous offrir quelques vers.

Été Déplumé

Si le temps égale l’argent, alors l’été nous ruine
Entre pé-temps-que et dé-temps-te, nous voilà aussi productifs qu’une sardine,
Essayant tant bien que mal de nous déconnecter de ce bouffe-temps qu’est la vie active
Nous nous concentrons sur mots fléchés et nous étonnons du bronzage précoce de l’ami Pierre-Yves.
Nous allons enfin pouvoir savourer tous ces livres que nous avons achetés,
A l’ombre d’un pin, sur le hamac, les pieds en éventail,
Lors de siestes dont la longueur n’est qu’un détail,
Et pouvoir débattre sur ces lectures à la rentrée, devant nos collègues épatés.
Étaient prévues visites, balades et excursions,
Mais un temps vaut mieux que deux tu l’auras
Et préférons alors simplifier notre agenda
Pour ne pas nous retrouver dans des situations où seul le dédoublement serait la solution.
Mais temps est pris qui croyait prendre,
Nos vacances d’été s’écoulent avant même que nous ayons pu nous en délecter,
Mais rien de grave puisque de ces souvenirs salés,
Il restera bien plus qu’un tas de cendres.

Marion Lazzarini